Mâ Ananda Moyî



      Questions sur la réincarnation posées à Mâ Ananda Moyï
Question: J'ai lu l'autre jour qu'un homme a été trouvé mort. Il avait laissé une lettre expliquant que la femme qu'il aimait, étant morte, il préférait la rejoindre que de vivre sans elle. Peut-on vraiment par le suicide s'unir à une personne décédée?

Mâ: Jamais! Le suicide entraîne dans une nuit profonde dont il est excessivement difficile de se dégager à moins qu'un être disposant de grands pouvoirs surnaturels ne prenne pitié du suicidé et le libère. Dans cet état d'obscurité totale, on ne peut rencontrer personne. Le suicide est un crime des plus hideux. L'homme est né afin de récolter le fruit de ses actions dans des vies antérieures. Essayer de s'y soustraire par le suicide est pure folie et ne fait que prolonger indéfiniment les souffrances. Personne ne peut s'ôter la vie s'il a toute sa raison; on ne l'a jamais lorsqu'on se suicide. Le suicide ne résout aucun problème; au contraire il crée des complications sans fin et empêche l'individu de payer ses dettes karmiques.

Et le meurtre?

Indubitablement, le meurtrier sera appelé à souffrir pour son crime.

Et la victime?

Evidemment, il est regrettable d'être assassiné! Mais n'oubliez pas que c'est la conséquence d'un mauvais karma. C'est une mort qui fait mal augurer de l'avenir.

 
Question: Qu'en est-il de sâti?

Mâ: C'est tout autre chose. Pour accomplir un vrai sâti la veuve doit être parfaitement forte dans son corps et son esprit. Si elle souffre en entrant dans le feu, ce n'est pas un vrai sâti.



Pensées au moment de la mort:

Ce que l'on pense au moment de la mort est très important. A ce moment là, on ne contrôle plus ses pensées, qui vont là où elles ont l'habitude d'aller. C'est pourquoi il faut pratiquer la présence de Dieu tant que l'on est en bonne santé de sorte que cette pensée vienne tout naturellement lorsqu'on est faible et malade. Une femme qui a vendu de l'huile toute sa vie agonise. Ses enfants réunis autour d'elle la supplient de répéter le nom de Dieu, mais elle, à moitié inconsciente, ne fait que redire ce qu'elle n'a cessé de répondre aux mendiants: " Je ne vous en donnerai pas une goutte, pas une seule goutte" et ainsi elle meurt.

 
Les trois corps:

Désirs et appétits insatiables constituent le contenu de votre corps subtil. Le parfum d'une fleur vous arrive en bouffées puis disparaît; ainsi en va-t-il des naissances et des morts. Mais d'un autre point de vue il n'y a ni naissance ni mort. Au moment de la mort du corps physique, le corps subtil formé de ces désirs et appétits flotte sans plus avoir de support, ce qui fait que l'homme renaîtra selon son karma. L'égo ou le sens du "moi" qui est inextricablement lié aux désirs va et vient, tandis que pour l'Atman il n'est pas question d'aller et de venir. L'homme possède un corps grossier, un corps subtil et un corps causal. La racine du corps causal est l'Atman. Tant que l'homme ne l'aura pas réalisé, il passera par des naissances et des morts. L' Atman irradie par lui-même. Aller et venir n'existent que pour l'individu. Pour réaliser votre Soi, il vous suffit de retirer le rideau.

 
La connaissance des vies antérieures:

Sans aucun doute la réincarnation est un fait. L'oeil opéré de la cataracte voit à nouveau. De même, une concentration profonde sur le Divin écarte le voile qui obscurcit notre vision, purifie le mental et l'oriente vers le Soi; alors la signification des mantras et des divinités dont ils sont la forme sonore se révèle à nous et les impressions de vies antérieures surgissent devant nous. Tout comme à Dacca vous pouvez vous représenter ce que vous avez vu à Calcutta, vous pouvez projeter une image plus nette de vos vies passées sur l'écran actuel de votre mental. Quand je vous vois, je peux obtenir une série d'images de vos vies antérieures.

 
Question : Comment savons-nous que l'on renaît après la mort? Dès que le corps cesse de respirer, nous mourons. Comment peut-on dire que nous renaissons?

Mâ: Cela c'est l'ignorance. Pourquoi chercher si loin? Personne ne sait de quoi sera faite l'heure qui vient. Et pourtant la connaissance existe. Ceux qui ont percé le voile de l'ignorance nous parlent de l'Atman éternel.



Question: Est-ce que l'homme qui meurt en prononçant le nom de Dieu sera libéré de la ronde des naissances?

Mâ: Tout dépend de l'état où il est parvenu. S'il est dans l'état d'esprit voulu, le solde de son karma peut bien sûr se consumer instantanément. Cela peut aussi se produire par la grâce du gourou.

 
Un couple qui a perdu son fils demande à Mâ pourquoi l'enfant est mort prématurément.

Mâ: Tout dépend du karma de chacun. Votre karma voulait que vous serviez votre fils pendant quelques années et son karma à lui était d'accepter vos soins. Ceci terminé, Dieu l'a enlevé. C'est le grand jeu divin. Pertes et deuils font partie de la vie dans le monde.

 
Question: L'heure de la mort est-elle déterminée d'avance?

Mâ: Dans le domaine régi par les lois de la nature, l'heure de la mort est fixée et ne peut être changée. Mais elle peut l'être par la volonté ou la grâce de quelqu'un qui a dépassé ces lois. En général toutefois, le destin se réalise d'une façon ou d'une autre



Ces questions et réponses sont extraites du livre "L'Enseignement de Mâ Ananda Moyî" traduit par Josette Herbert et publié chez Albin Michel dans la Collection "Spiritualités vivantes".





Copyright (C) . Tous droits réservés. Ananda Dyotis asbl            jeudi 19 avril 2012Contactez Ananda : ananda@dyotis.be